Les notes et les sons

Les notes ? Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si !
Voilà ce que n'importe qui peut répondre, du moins dans nos pays occidentaux. En effet, depuis notre naissance, nous sommes imprégnés de chansons et de mélodies construites avec ces notes propres à notre culture. Ces notes proviennent d'un ensemble de sons qui au cours des siècles sont devenus naturels et qui aujourd'hui restent dans l'inconscient collectif.

Un ensemble de sons ? Quelle est la différence entre un son et une note ?
Par abus de langage, on a tendance à confondre les deux. Les débutants doivent se faire une représentation précise de ces deux notions. C'est ce que je vais tenter de vous expliquer dans cette leçon, un peu théorique c'est vrai, mais importante si l'on veut être précis dans notre vocabulaire musical.

Sommaire de la leçon :

Le son musical

Le son musical est un phénomène acoustique produit par la vibration d'un corps, en particulier en ce qui nous concerne, la corde d'une guitare. Par rapport à un bruit ou à n'importe quel autre son physique, il possède une hauteur spécifique et un timbre qui est caractéristique de chaque instrument.

La hauteur

La hauteur est en relation directe avec les fréquences des vibrations (mesurées en Hertz). Par exemple 440 Hz signifie 440 vibrations par secondes. On remarque (les physiciens en fait) que plus la fréquence est élevée, plus la corde vibre rapidement et plus le son perçu par l'oreille est aigu.
Autre propriété remarquable, plus une corde est épaisse, longue et peu tendue, plus elle produira un son grave.

L'oreille ne peut pas identifier une fréquence donnée, par contre elle peut comparer deux sons en évaluant la distance qui les sépare (par exemple, à partir d'une note de référence jouée au piano, un chanteur est capable de chanter ses gammes). On reviendra sur cette notion de distance dans la leçon sur les intervalles.

Lorsque la fréquence double, le nouveau son, sans être identique, est remarquablement proche à l'oreille du premier. La distance entre ces deux sons s'appelle une octave. C'est un écart très important, identifiable par tous (même par une oreille peu entraînée) et dans toute culture. Par exemple le son La3 (le chiffre 3 est l'indice d'octave) correspond à 440 Hz et le son La4, une octave au-dessus, correspondant à 880 Hz (2 x 440 Hz).

Pour la notation anglaise, les indices d'octave sont augmentés de 1. Par exemple, un Do3 en notation française correspond à un C4 en notation anglaise.

Le timbre

Le timbre d'un son, on l'a dit, dépend de l'instrument utilisé : l'oreille peut faire la différence entre les sons produits par une guitare et ceux produits par un piano par exemple. Un son timbré est composé d'un son de base, le son fondamental, enrichi d'autres sons presque inaudibles appelés harmoniques. Une oreille peu entraînée ne distinguera pas les sons harmoniques du son global. En revanche, c'est la fusion de ces harmoniques avec le son fondamental qui permet de donner une "couleur" spécifique au son produit par l'instrument : son timbre.

Il est possible d'entraîner son oreille à "entendre" les harmoniques d'un son à la guitare. Commencez par jouer n'importe quelle corde à vide. Grattez plusieurs fois cette corde, écoutez attentivement le son produit. Puis, sur cette même corde, effleurez avec le doigt de la main gauche la 5ème frette. Retirez le doigt au moment où vous attaquerez la corde. Un son plus aigu et pur devrait se produire : c'est une harmonique. Vous pouvez obtenir d'autres harmoniques sur toute la longueur du manche et plus particulièrement aux 5ème, 7ème et 12ème frettes. Comparez plusieurs fois le son de la corde à vide avec celui de chaque harmonique. Avec de l'entraînement, vous entendrez chaque son harmonique dans le son de la corde à vide.

Les notes

Une note est un son dont on fait abstraction de sa hauteur d'octave (définie par sa fréquence). Par exemple, les sons La0 (55 Hz), La1 (110 Hz), La2 (220 Hz), La3 (440 Hz) et La4 (880 Hz) définissent des octaves successives de la note La.

Un ensemble de notes qui se répètent à l'infini, d'octave en octave, définit une échelle musicale. Par exemple, les touches blanches d'un piano définissent une échelle musicale.

Au cours des siècles, chaque civilisation a développé son propre système musical en choisissant certaines fréquences de sons plutôt que d'autres et en définissant ainsi leurs propres échelles musicales. Le choix des notes varient suivant les cultures. Il y a toujours des rapports étroits avec les nombres et les mathématiques, comme dans la musique occidentale, mais également avec le divin, le mystique ou l'émotionnel (par exemple dans les musiques arabe, chinoise ou indienne).

L'échelle diatonique

Dans la musique occidentale, on utilise l'échelle diatonique. C'est une échelle heptatonique, c'est à dire qu'elle est composée de 7 notes regroupées dans chaque octave. Ces 7 notes, que tout le monde connaît, portent les noms suivantes :
Do, , Mi, Fa, Sol, La et Si (en notation anglo-saxonne : C, D, E, F, G, A et B).

Ces 7 notes ne sont pas espacées de la même façon, elles ne partagent pas l'octave en parts égales. La distance entre deux notes s'appelle un intervalle et, dans la musique occidentale, l'intervalle se mesure en tons ou en demi-tons (2 demi-tons = 1 ton). Dans le cas de l'échelle diatonique, toutes les notes sont espacées d'un ton ou d'un demi-ton qu'on appelle diatonique. Voici les intervalles en partant de la note Do :

échelle diatonique

Bien sûr, notre échelle diatonique représentée se prolonge à l'infini, à gauche et à droite, au delà des deux notes Do.

Cette représentation de l'échelle diatonique en se restreignant à un intervalle d'octave renvoie à l'étude des gammes. Pour simplifier, retenez pour l'instant qu'une gamme est une succession de notes rangées dans une octave de la plus grave à la plus aigue (ou le contraire) et que, contrairement à une échelle musicale, il existe une hiérarchie entre ces notes.

L'échelle chromatique

On peut compléter l'octave en rajoutant cinq notes intermédiaires à l'échelle diatonique, on obtient alors 12 notes qui forment l'échelle chromatique. Ces 12 notes divisent donc l'octave en douze, et sont toutes espacées d'un demi-ton les unes des autres.

Pour nommer ces nouvelles notes on utilise les noms des notes de l'échelle diatonique auxquels on rajoute des altérations :

Les douzes degrés de l'échelle chromatique sont alors :
Do, Do# ou Réb, Ré, Ré# ou Mib, Mi, Fa, Fa# ou Solb, Sol, Sol# ou Lab, La, La# ou Sib, et Si
(en notation anglo-saxonne : C, C# ou Db, D, D# ou Eb, E, F, F# ou Gb, G, G# ou Ab, A, A# ou Bb, et B).

L'intervalles entre deux notes consécutives est soit un demi-ton diatonique (en noir sur le schéma), soit un demi-ton chromatique (en rouge sur le schéma) :

échelle chromatique

Attention à bien repérer les notes altérées et celles qui ne le sont pas. Il n'existe pas de note intermédiaire entre Mi et Fa ou entre Si et Do. Ainsi :

Marchand de sons

© Copyright 2003-2017 GuitarBob, tous droits réservés

Plan du site - Haut de page

1 gratteux en ligne