L'analyse harmonique (Pt 1)

Nous arrivons bientôt à la fin de ce niveau qui clôture l'étude du système tonal. Il est donc temps de faire un récapitulatif et de mettre en application de tout ce que nous avons appris dans les niveaux 1 et 2. Nous allons utiliser nos connaissances pour analyser une grille d'accords.

Analyser un morceau ou une grille d'accords, c'est reconnaitre la (ou les) tonalité(s) dans la(les)quelle(s) il est écrit. C'est la première étape à faire dans l'étude d'un morceau. L'analyse permet de mieux comprendre sa construction pour mieux le travailler et, par la suite, pouvoir improviser dessus. Nous verrons ici donc quels sont les procédés pour trouver la tonalité principale d'un morceau "simple" (une ou deux tonalités maximum).

L'analyse harmonique permet d'improviser une ligne mélodique, mais l'improvisation pourra aussi se faire sur les accords eux-mêmes, en remplaçant certains accords ou certains groupes d'accords ; c'est ce que l'on appelle l'improvisation harmonique. On n'étudiera ici que les bases de l'improvisation harmonique (ce sujet sera développé dans un niveau supérieur), et ces bases nous donnerons quelques clés pour composer un premier morceau.

Sommaire de la leçon :

L'harmonie diatonique majeure

Fonctions tonales et cadences majeures

Le mode majeur est construit autour de la gamme majeure.
Voici un récapitulatif de l'harmonisation de la gamme majeure, en triades et tétrades :

Degré I II III IV V VI VII
Accords M ou 7M m ou m7 m ou m7 M ou 7M M ou 7 m ou m7 m/b5 ou m7/b5

Nous savons que les accords issus des degrés I, IV et V sont majeurs et contiennent à eux trois toutes les notes de la gamme. On dit que les accords issus des degrés I (accord de tonique), IV (accord de sous-dominante) et V (accord de dominante) sont des accords générateurs.

Rappelons la fonction tonale de ces trois accords.

Le système tonal est régi par cette notion de tension/détente. Un enchainement d'accords de ce type s'appelle une cadence et l'apparition d'une cadence dans une grille d'accords est la meilleure façon d'affirmer la tonalité du morceau.

On peut retenir pour commencer deux types de cadence :

L'accord V7 est un accord de dominante, donc un accord de tension. C'est l'intervalle de triton entre sa 3ceM et sa 7èmem qui créé cette tension. Pour l'annuler, il faut donc "casser" cet intervalle. En augmentant la 3ceM et en abaissant la 7èmem de l'accord V7 d'un demi-ton, on obtient respectivement la fondamentale et la 3ceM de l'accord I. L'enchainement V7 - I se fait donc naturellement.

Par exemple, l'enchainement Fa M (IV) - Sol M (V) - Do M (I) est une cadence complète en tonalité de Do majeur. Les accords peuvent être enrichis en tétrades : Fa 7M - Sol 7 - Do 7M.

Autre exemple en tonalité de La majeur : Mi 7 (V) - La M (I) est une cadence parfaite.

Analyse d'une grille majeure

Observez bien les tétrades obtenues dans l'harmonisation de la gamme majeure. On peut repérer quatre types d'accords :

On remarque qu'il n'existe qu'une seule tétrade septième de dominante par gamme majeure. Et réciproquement, un accord de type 7 apparait dans une seule gamme majeure, donc définit une seule et unique tonalité majeure.

De la même façon, il n'existe qu'une seule tétrade demi-diminuée par gamme majeure et donc, une tétrade demi-diminuée définit une seule et unique tonalité majeure.

Cette propriété va grandement nous servir pour analyser nos premières grilles.
La première chose à faire est donc de repérer les accords de type 7 de la grille, et ainsi trouver la tonalité majeure correspondante. Ensuite, on pourra essayer de trouver les fonctions tonales de chaque accord de la grille.

Exemple 1

Voici un premier exemple de grille : un enchainement de quatre accords. Bien sûr, c'est une grille à faire tourner ; une fois arrivé au dernier accord on recommence sur le premier et ainsi de suite.

Ré M Fa# m Sol M La 7

Backing track (pour improviser sur cette grille)

Exemple d'impro sur cette grille

Première chose à faire : repérer l'accord V. Facile, ici il y a une tétrade septième de dominante, La 7, c'est donc un accord V. Mais de quel tonalité ? La est le Vème degré de Ré (vérifiez !), donc La 7 est V de Ré majeur.

Cherchons maintenant la fonction des autres accords
L'accord qui suit La 7 est Ré M, le premier degré en Ré majeur. On peut dire que que cet accord est I de Ré majeur.
Ensuite on a Fa# m. Quel est sa position par rapport à Ré ? Ré - Fa# définit une tierce majeure et l'accord III s'harmonise bien en triade mineure donc Fa# m est III de Ré majeur.
Enfin on trouve Sol M. Vérifiez que cet accord est IV de Ré majeur.

Conclusion : cette grille est en tonalité de Ré majeur et on peut la voir comme un enchainement I - III - IV - V. On repère une cadence complète IV - V - I. On pourra bien sûr jouer la gamme majeure de Ré sur toute la grille.

Exemple 2

Fa# m Si m Mi 7 La M

Backing track (pour improviser sur cette grille)

Exemple d'impro sur cette grille

Je vous laisse chercher un peu... ;)

... c'est bon vous avez trouvé ?
On repère d'abord Mi 7 : c'est le degré V en tonalité de La majeur.
Après vérification, tous les accords sont dans la tonalité de La majeur et on a l'enchainement très connu sous le nom d'anatole : VI - II - V - I.

Dans ce dernier exemple, on repère la cadence parfaite V - I. Mais il y a aussi une cadence complète II - V - I très largement utilisée en jazz. Le degré II a aussi une fonction de sous-dominante ; c'est ce que nous allons voir plus bas.

Classification des accords du mode majeur

On peut généraliser les trois fonctions, sous-dominante, dominante et tonique, à l'ensemble des accords de la gamme majeure. Pour cela il faut revenir à la définition même des accords : un empilement de tierces.

Il suffit de sauter à chaque fois une colonne dans le tableau sur l'harmonisation de la gamme majeure pour obtenir la note suivantes de l'accord.

Observez bien cette liste. Certains accords sont très proches dans leurs compositions (ils n'ont qu'une seule note différente) : ce sont les accords dont les fondamentales sont distantes d'une tierce les unes des autres. On peut ainsi regrouper tous les accords dans une des trois fonctions.

Accords de toniques Accords de sous-dominante Accords de dominante
I 7M
III 7m
VI 7m
IV 7M
II m7
V 7
VII m7/b5

A partir du degré I, on peut se déplacer d'une tierce plus haut, on obtient alors le degré III. En se déplaçant d'une tierce plus bas, on obtient le degré VI qui correspond à la tonique de la gamme relative mineure.
A partir du degré IV, en se déplaçant d'une tierce plus bas on obtient le degré II (c'est l'accord de sous-dominante principal dans le jazz).

A partir du degré IV, en se déplaçant d'une tierce plus haut, on obtient alors le degré VI. Ce degré engendre l'accord de tonique de la gamme relative mineure. On le considère donc plutôt comme un accord de tonique.

A partir du degré V, on obtient le degré VII en se déplaçant d'une tierce plus haut. Ce degré engendre un accord de type m7/b5, c'est un accord de tension car il contient le fameux triton entre sa fondamentale et sa 5tedim.

En se déplaçant d'une tierce vers le bas, on obtient le degré III. Ce degré s'harmonise en tétrade m7. Cette tétrade ne contient aucune tension, donc le degré III est donc plutôt considéré comme un accord de tonique.

Mais à quoi va donc nous servir cette classification ?
Et bien, à varier les enchainements d'accords dans vos compos dans un premier temps.

Plutôt que d'enchainer d'interminables Fa M (IV) - Sol M (V) - Do M (I) en Do majeur, on pourra casser la monotonie en remplaçant un accord par un autre de même fonction tonale. Par exemple, on pourra jouer Ré m (II) - Sol M (V) - Do M (I) ou encore Ré m (II) - Si m/b5 (VII) - La m (VI).

Le fait de remplacer un accord par un autre accord de la gamme de même fonction tonale s'appelle effectuer une substitution diatonique.

L'harmonie diatonique mineure

Fonctions tonales et cadences mineures

Le mode mineur est plus complexe que le mode majeur car il contient des degrés VI et VII instables (facilement altérables). Il en découle que le mode mineur comprend plusieurs gammes et donc plusieurs façon d'harmoniser un même degré.

En général, on préfère l'harmonisation de la gamme mineure harmonique pour ses qualités que nous avons déjà décrites au début de ce niveau (voir la leçon sur gamme mineure harmonique).
Néanmoins, voici un récapitulatif de l'harmonisation en tétrades des trois gammes mineures.

Pour savoir de quelle(s) gamme(s) est issu l'accord, j'utilise les styles d'écriture suivants :
- les accords écrits en gras sont ceux issus de la gamme mineure harmonique,
- les accords écrits en italique sont issus de la gamme mineure naturelle,
- les accords entre parenthèses sont issus de la (gamme mineure mélodique).

Degré (I) (II) (bIII) (IV) (V) bVI (VI) bVII (VII)
Accords (m7M)
m7
m7/b5
dim7
(m7)
(7M/#5)
7M
m7
m7/b5 ou dim7
(7)
(7)
m7
7M
m7M ou dim7
(m7/b5) 7 dim7
(m7/b5)

En mineur, les accords générateurs sont, comme pour la gamme majeure, les accords issus des degrés I, IV et V. Une cadence mineure complète pourra avoir plusieurs formes, suivant les tétrades choisies.

Par exemple, on peut obtenir la cadence IV m7 - V 7 - I m7 ou encore IV m7/b5 - V 7 - I m7M.

On peut également, mais c'est plus rare, utiliser les accords générateurs de la gamme mineure naturelle pour créer une cadence complète. On obtient dans ce cas l'enchainement IVm - Vm - Im ou IVm7 - Vm7 - Im7 en tétrades.
Dans ce cas, l'effet de tension/détente est annulé car l'accord Vm7 n'a pas de réelle fonction dominante puisqu'il ne contient aucune tension.

En tonalité de La mineur, l'enchainement Ré m (IV) - Mi M (V) - La m (I) est une cadence complète. Les accords peuvent être enrichis en tétrades : Ré m7 (ou Ré m7/b5) - Mi 7 - La m7 (ou La m7M).

On peut supprimer l'effet de tension en jouant : Ré m - Mi m - La m ou Ré m7 - Mi m7 - La m7.

Autre exemple en tonalité de Mi mineur : Si 7 (V) - Mi m7 (I) est une cadence parfaite.

Et sans l'effet de tension, on obtient Si m7 - Mi m7.

Analyse d'une grille mineure

Dans l'harmonisation des gammes mineures, on peut repérer sept types d'accords :

Vous comprenez maintenant pourquoi le mode mineur est plus complexe !

Mais ne paniquez pas, comme je vous l'ai dit plus haut, on utilise le plus souvent la gamme mineure harmonique pour construire des grilles mineures. C'est donc principalement les accords de cette gamme que l'on retiendra.

La gamme mineure harmonique ne contient qu'une seule tétrade septième de dominante, comme la gamme majeure : sur le degré V. Il en découle qu'un accord de type 7 apparait dans une unique gamme mineure harmonique, et donc définit une tonalité mineure.

Un accord de type 7 peut également sur trouver sur le degré IV de la gamme mineure mélodique ou sur le degré bVII de la gamme mineure naturelle.

Exemple

Sol m7 Do m7 Mib 7M Ré 7

Backing track (pour improviser sur cette grille)

Exemple d'impro sur cette grille

On repère l'accord Ré 7 dans la quatrième mesure. Ré est le Vème degré de Sol. L'accord qui le suit est Sol m7 (à la première mesure) ; cet enchainement définit clairement une cadence en Sol mineur. Ensuite on trouve Do m7. Do est le degré IV de Sol, il est m7 donc bien dans la tonalité de Sol mineur. Enfin, on trouve l'accord Mib 7M. Mib est le degré bVI de Sol, il est 7M donc aussi dans la tonalité de Sol mineur.

Conclusion : nous avons une grille en tonalité de Sol mineur de forme I m7 - IV m7 - bVI 7M - V 7.
On pourra jouer la gamme mineure naturelle de Sol sur les accords I, IV et bVI et la gamme mineure harmonique sur le degré V (ou sur toute la grille d'ailleurs).

Classification des accords dans le mode mineur

Tout comme le mode majeur, on peut regrouper les sept accords d'une gamme mineur suivant leur fonction.

Accords de toniques Accords de sous-dominante Accords de dominante
I m7M - bIII 7M/#5 - bVI 7M
I m7 - bIII 7M - bVI 7M
(I m7M - bIII 7M/#5 - VI m7/b5)
IV m7 - II m7/b5
IV m7 - II m7/b5
(IV 7 - II m7)
V 7 - VII dim7
V m7 - VII 7
(V 7 - VII m7/b5)

Par exemple, en tonalité de La mineur, on a l'enchainement classique : Ré m (IV) - Mi m (V) - La m (I) en restant en La m naturelle ou Ré m (IV) - Mi 7 (V) - La m (I) en empruntant le degré V7 de la gamme mineure harmonique. La classification ci-dessus nous permet de substituer un ou plusieurs accords par des accords de même fonction tonal.

On pourra jouer par exemple Si m7/b5 (II) - Mi 7 (V) - La m7 (I) en changeant d'accord de sous-dominante et en enrichissant les accord en tétrades ou encore Si m7/b5 (II) - Sol# dim7 (VII) - La m7M (I).

Accord de dominante secondaire

Dans le système tonal, la cadence V7 - I (tension/détente) a tellement de poids qu'il est possible de l'insérer plusieurs fois de dans une même grille en considérant n'importe quel accord comme un degré I temporaire. Cette insertion se fait en plaçant un accords de type 7 qui joue le rôle de V de l'accord suivant. Cet accord 7 s'appelle un accord de dominante secondaire et n'est pas diatonique (n'appartiennent pas à la tonalité de la grille).

Exemple 1

Observez la grille suivante en tonalité de Do majeur :

Fa M (IV) Sol M (V) Do M (I) %

C'est une cadence IV-V-I classique. En faisant tourner cette grille, le Do M de la dernière mesure et suivi du Fa M de la première. On peut renforcer cette sensation de retour au début de la grille en remplaçant le Do M de la quatrième mesure par un accord de dominante secondaire : c'est à dire un accord V de Fa. Le degré V de Fa est un Do donc l'accord de dominante sera Do 7 (V de Fa). Voici la nouvelle grille :

Fa M (IV) Sol M (V) Do M (I) Do 7 (V de Fa)

Jouez cette grille une seule fois. Vous aurez une sensation d'inachevé et c'est normal puisque Do 7 est irrémédiablement par son degré I : Fa M.

Comment jouer sur cette nouvelle grille ?
On peut bien sûr jouer Do majeur sur les trois premières mesures. A la quatrième mesure, on change temporairement de tonalité : on peut jouer Fa majeur et s'étendre sur la première mesure.

Exemple 2

Voici une seconde grille. Nous allons l'analyser.

La m Do 7 Fa M Mi 7

Il y a deux accords de type 7 dans cette grille. Prenons d'abord celui de la dernière mesure : Mi 7. Il y a de forte chance que ce soit l'accord V de La. Vérifiez, c'est le cas. Ainsi Mi 7 - La m est un V - I en La mineur.
L'accord qui suit La m est un Do 7, qui correspondrait à un III7 en La mineur : cet accord n'est pas diatonique, c'est surement une dominante secondaire. Observons l'accord qui le suit : Fa M. Do est bien le degré V de Fa. Donc Do 7 est un accord de dominante.
Enfin nous avons Fa M qui n'est autre que le degré VI de La mineur.

Pour conclure la tonalité principale est La mineur et nous avons la grille suivante :
La m (I) - Do 7 (V de Fa) - Fa M (IV) - Mi 7 (V).

On peut donc jouer La mineur naturel sur les accords La m (I), Fa M (IV) et La mineur harmonique sur l'accord Mi 7 (V). Sur L'enchainement Do 7 - Fa M on pourra jouer en Fa majeur.

La modulation

On appelle modulation le passage d'une tonalité à une autre dans un même morceau. Le but est de surprendre l'auditeur en cassant la monotonie du morceau. Bien sûr, pour que l'effet soit réussi, il faut que la nouvelle tonalité soit assez éloignée de la première et qu'elle s'étende sur plusieurs mesures pour pouvoir bien s'affirmer.

La transition vers autre tonalité peut se faire de plusieurs manières : soit de façon abrupte (sans accord de transition) soit de façon préparée (avec accord de transition). Nous allons voir dans cette leçon deux façons de préparer la transition en utilisant un accord-pivot.

Modulation par accord-pivot diatonique

Un accord-pivot diatonique est un accord de transition qui est commun aux deux tonalités.

Prenons un exemple : une modulation de Do majeur vers Sib majeur.

Mais avant rappelons-nous l'harmonisation de ces deux gammes :
Do majeur : Do M (I) - Ré m (II) - Mi m (III) - Fa M (IV) - Sol M (V) - La m (VI) - Si m/b5 (VII)
Sib majeur : Sib M (I) - Do m (II) - Ré m (III) - Mib M (IV) - Fa M (V) - Sol m (VI) - La m/b5 (VII)

Ces deux gammes décrivent des tonalités assez éloignées car comportent deux notes différentes. Moduler de l'une vers l'autre à donc bien un sens. Voici la grille :

La m (VI de Do) Fa M (IV de Do) Sol M (V de Do) Do M (I de Do)
Ré m (II de Do et III de Sib) Sol m (VI de Sib) Fa M (V de Sib) Sib M (I de Sib)

Les quatre premières mesures sont en Do majeur et les quatre dernières en Sib majeur.

Observez bien le passage de la tonalité de Do majeur à celle de Sib majeur.
A la cinquième mesure, l'accord Ré m a une double signification. Il est à la fois II de Do, on entend toujours la tonalité de Do majeur, mais également III de Sib, et donc prépare la transition vers la tonalité de Sib majeur. Ainsi l'accord suivant, Sol m, qui n'est que dans la tonalité de Sib majeur peut sonner sans rupture avec le reste.

On pourra jouer Do majeur sur les quatre premières mesures, Sib majeur sur les quatre dernières et mélanger les deux gammes sur le Ré m.

Modulation par accord-pivot chromatique

Un accord pivot-chromatique peut appartenir à une tonalité et être altéré dans l'autre, ou encore il peut être altéré dans les deux tonalités.

Reprenons les deux tonalités Do majeur et Sib majeur et faisons une modulation de Sib majeur vers Do majeur.

Par exemple, étudions cette grille :

Ré m (III de Sib) Sol m (VI de Sib) Fa M (V de Sib) Sib M (I de Sib)
Mi 7 (#IV7 de Sib et III7 de Do) La m (VI de Do) Sol M (V de Do) Do M (I de Do)

Les quatre premières mesures sont en Sib majeur et les trois dernières en Do majeur.
L'accord-pivot se trouve à la quatrième mesure, c'est un Mi 7.
Mi 7 correspond à un degré #IV 7 dans la gamme de Sib majeur (le degré IV de la gamme est altéré) et à un degré III 7 dans la gamme de Do majeur (la 3cem de l'accord III m7 de la gamme est altérée) ; c'est donc un accord-pivot chromatique.

Mais pourquoi l'avoir choisi ?
Cet accord doit amener l'accord suivant, La m, qui va lancer la tonalité de Do majeur. Pour amener cet accord de La m on peut utiliser une cadence parfaite (de type V7 - I) où l'accord La m joue temporairement le rôle d'accord de tonique. Le degré V de La est Mi donc on peut choisir Mi 7 comme accord-pivot.

Comment jouer sur cette grille ?
On peut jouer bien sûr Sib majeur sur les quatre premières mesures et Do majeur sur les trois dernières. Sur l'enchainement Mi 7 - La m, on reconnait une cadence mineure. On pourra donc jouer La mineur harmonique sur le Mi 7 et La mineur naturelle (relative mineure de Do majeur) sur La m.

Marchand de sons

© Copyright 2003-2017 GuitarBob, tous droits réservés

Plan du site - Haut de page

1 gratteux en ligne